Comment réussir la partie financière de son business plan ? | Le guide du business plan
Index » Faire son business plan » Construire la partie financière du business plan » Business plan : comment réussir la partie financière ?

Business plan : comment réussir la partie financière ?

Vous souhaitez aborder de la meilleure façon qu’il soit la partie financière de votre business plan afin qu’elle atteigne son objectif c’est-à-dire convaincre votre interlocuteur ? Ce guide est pour vous. Il répond à la question : comment réussir la partie financière de son business plan ? Il contient tous nos conseils pour l’établir correctement et le vérifier.

comment reussir la partie financiere de son business plan

Pour réussir la partie financière, préparez la correctement

C’est un conseil plutôt basique, et pourtant, il n’est quasiment jamais suivi. Un business plan réussi est un business plan qui a été bien préparé en amont. Prenez le temps de réfléchir à toutes les interactions possibles de votre projet, faîtes preuve d’une ouverture d’esprit, forcez vous à effectuer des réunions de brainstorming et échangez avec vos associés ainsi qu’avec les membres de votre familles. Cette démarche va vous permettre de bien cerner le périmètre de votre projet, ses limites et surtout de chiffrer l’ensemble des flux financiers qui vont y être générés.

Vous devez prévoir avec le plus de précision possible un certain nombre de données prévisionnelles qui vont constituer l’essence même de la partie financière du business plan :

Une fois recensées, ces données pourront être insérées dans votre check-list de préparation de business plan, outil indispensable au bon déroulement de la construction de vos tableaux financiers.

Pour réussir la partie financière, évaluez au mieux vos besoins financiers

Vous devrez être extrêmement vigilent quant à l’évaluation de votre besoin de financement initial et au calcul de votre besoin en fonds de roulement (BFR). Ce sont deux variables extrêmement importantes puisque leur mauvaise estimation représente la première cause de disparition des entreprises nouvellement créées.

Ce sont des indicateurs fondamentaux, assez simples à comprendre et à déterminer en pratique :

  • votre besoin de financement initial comprend l’ensemble de vos achats de départ qui ne seront pas encore financés par votre activité et vos ventes. Il comprend notamment vos achats de stocks initiaux, vos investissements à moyen ou long terme (matériels, outils, fonds de commerce, logiciels) ainsi que l’éventuel crédit de TVA sur ces acquisitions qui ne sera remboursée par le Trésor Public qu’à l’issue de plusieurs mois.
  • votre besoin en fonds de roulement (BFR) se calcule dès que vous prévoyez de lancer votre activité. Il mesure l’impact financier du décalage dans le temps entre :
    • le moment où vous émettez vos factures et le moment où vous allez les recouvrer (encaissement des créances clients),
    • le moment où vous recevoir vos factures fournisseurs et le moment où vous allez les régler (paiement des dettes fournisseurs),
    • le moment où vous achetez vos marchandises et le moment où elles seront revendues ou le moment où vous achetez vos matières premières et le moment où vous les transformez pour les revendre.

Pour réussir la partie financière, soyez logique, réaliste et objectif

Vous devez bâtir des prévisions qui ont, certes, un caractère incertain par nature, mais qui doivent tout de même refléter le scénario le plus probable (c’est-à-dire celui qui va normalement se produire).

Le principal danger qui vous guette est la surestimation de votre chiffre d’affaires. Pour l’affronter, votre seule arme sera votre étude de marché. Vous devez prendre le temps de la préparer et de la faire correctement. Dans ce cadre, il vous faudra analyser vos concurrents avec précision. Ne pensez jamais que vous êtes le seul sur votre marché, il existe toujours des concurrents, qu’ils soient directs (entreprises proposant des produits identiques ou quasi-identiques aux vôtres) ou indirects (entreprises proposant des produits de substitution).

Puis vous devrez définir votre stratégie avec soin, en faisant preuve de bon sens (votre positionnement stratégique doit être cohérent avec les prix que vous allez proposerer ou l’image de marque que vous souhaitez atteindre) et choisir un marketing mix adapté.

Pour réussir la partie financière, construisez vos tableaux dans un ordre bien précis

Une fois que vous vous êtes assuré de partir sur de bonnes bases (vos fameuses « matières premières »), vous allez procéder à la construction des tableaux financiers du business plan. Nous vous recommandons de ne pas les attaquer dans n’importe quel ordre car certaines données que vous allez calculer dans un tableau vont être reprises dans un autres ou vont servir de base pour déterminer un autre agrégat. En général :

  • d’abord, vous devrez commencer par construire un compte de résultat prévisionnel. Celui-ci mettra en évidence une donnée fondamentale : votre résultat net comptable. Il représente la base de nombreux calculs dont celui de la capacité d’autofinancement. Il sera également repris au passif du bilan comptable ;
  • ensuite, vous pourrez enchaîner sur l’établissement de votre tableau des soldes intermédiaires de gestion (SIG). Il reprend les mêmes données que le compte de résultat mais celles-ci sont simplement agencées différemment. Il permet de calculer d’autres ratios ;
  • puis vous vous attarderez sur le plan de financemen t prévisionnel. Au préalable, vous aurez dû calculer votre CAF (à partir du résultat net issu de votre compte de résultat) et votre besoin en fonds de roulement). Le plan de financement va permettre de déterminer votre solde bancaire de fin de période ainsi que le capital restant dû concernant vos prêts bancaires (données nécessaires pour votre bilan) ;
  • vous terminerez par le bilan prévisionnel qui contiendra donc, pour ce qui est de l’actif, vos investissements, vos créances clients, vos éventuels stocks et votre trésorerie et, pour ce qui est du passif, votre capital, votre résultat net repris du compte de résultat, vos dettes financières, vos dettes fournisseurs ainsi que vos dettes fiscales et sociales.
  • et vous conclurez votre partie financière en insérant les annexes les plus judicieuses qu’il soit (seuil de rentabilité, tableau de trésorerie détaillée, tableau récapitulatif des frais généraux, des frais de personnel, des impôts et taxes, etc.).

Pour réussir la partie financière, respectez certaines normes

Vous avez terminé de construire vos tableaux financiers ? Assurez-vous maintenant qu’ils sont cohérents. Comment ? Il existe certaines normes qu’il convient de respecter dans le domaine de la création et de la reprise d’entreprise. Les voici :

  • apports personnels

Les sommes que vous allez apporter sont déterminantes puisqu’elles reflètent votre foie en votre projet. Au plus vous aller « mouiller la chemise », au plus vous serez convaincant sur le terrain financier. En général, on considère que vous devez apporter au minimum 20% du besoin de financement global de votre projet.

  • capacité d’endettement

Les banquiers vont prêter une attention particulière à un indicateur de rentabilité : votre capacité d’autofinancement. C’est elle qui va déterminer le montant de prêt auquel vous allez pouvoir prétendre. Dans la pratique, ce montant ne pourra excéder 3 ou 4 années de capacité d’autofinancement (vous pourrez le calculer vous même en faisant, par exemple, la somme de votre CAF prévisionnelle de l’année 1, avec celles des années 2 et 3).

  • capacité de remboursement

De même, pour déterminer votre nombre d’annuités (et donc la durée de votre prêt), c’est encore la capacité d’autofinancement qui va être étudiée. Pour chaque année de votre business plan, votre échéance annuelle de remboursement d’emprunt (uniquement pour la partie « amortissement du capital » c’est-à-dire intérêts et assurance exclus) doit représenter moins de la moitié de votre CAF.

Pour réussir la partie financière, soignez votre présentation

Il est important de présenter un document aéré et soigné. Il n’est pas nécessaire d’y mettre une multitude de tableaux et d’annexes mais vous devrez veiller à insérer les principaux d’entre eux ; et surtout ceux qui intéresseront votre lecteur, c’est-à-dire le destinataire du business plan (banque, investisseur, etc.).

Les tableaux financiers que vous y présenteraient devront être correctement présentés. Différents « sous-résultats » doivent être mis en évidence afin de faciliter la lecture de votre interlocuteur. Pour cela, vous pouvez vous appuyer sur ceux que nous proposons sur guide-du-business-plan.fr :

Réussir la partie financière de son business plan, c’est avant tout faire preuve de bon sens. Il convient de s’assurer que vous partiez sur de bonnes bases et que votre produit fini présente une certaine qualité au yeux de votre interlocuteur.

Thibaut Clermont - Le guide du business

Site d'informations et de conseils sur tous les sujets liés au business plan proposé par FCIC, réseau de médias online sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise.


Copyright © SARL F.C.I.C 2017 - Le Guide du Business Plan - Site édité par FCIC Média